• En region

     

    12191586_909158832512913_1440794875074589406_n

     

     

     

     

     

     

     

    JE DIS NON !

     

     

    Dans nombre d’entreprises et dans les manifestations interprofessionnelles, depuis plusieurs mois, les salariés ont exprimé leurs désaccords à l’encontre des politiques d’austérité et face à la culpabilisation permanente instrumentalisée sur le "coût du travail". Ils ont exprimé haut et fort leurs exigences pour l’augmentation des salaires, des pensions, des minima sociaux, pour leurs conditions de travail, l’équilibre temps de travail et vie privée, pour l’emploi, pour des protections à l’exemple de la Sécurité Sociale, des régimes de retraite…

     

     

     

    Elles et ils ont parfois gagné comme à la polyclinique d’Auch, où après 25 jours de grève les salariés obtiennent 3% d’augmentation de salaire et un 13ème mois, ou sont engagés dans des C, très souvent dans l’unité syndicale comme à l’APHP, Air France, les éboueurs de la ville de Paris ….

    Salaire2013

     

    Les seules réponses apportées se traduisent par la répression, une succession de lois de régression sociale, le passage en force en usant du 49/3, l’application unilatérale de l’accord chez les fonctionnaires, pourtant rejeté majoritairement, la baisse des pensions, la casse des régimes de retraites complémentaires Agirc et Arrco, avec un report du départ en retraite d’un an par rapport à l’âge du taux plein,dans un contexte où le chômage, l’insécurité sociale et les inégalités ne cessent de s’aggraver.

     

    La CGT ne peut pas continuer de se satisfaire d’une politique qui remet en cause notre modèle social, la citoyenneté au travail et répondant exclusivement aux intérêts du patronat.

    De plus, La CGT ne peut cautionner les discours actuels affirmant que la violence se situe du côté des salariés. La plus grande des violences, c’est la violence sociale vécue tous les jours par ces millions de salariés, chômeurs et précaires, qui sont majoritairement des jeunes, des femmes et des retraités. La violence, c’est apprendre du jour au lendemain que l’on va se retrouver sans emploi, en raison du diktat imposé par les actionnaires pour sécuriser la hausse de leurs dividendes et par les politiques d’austérité dictées par l’Union européenne.

     

    Lorsque l’on qualifie des salariés de voyous, de quel côté se situe-t-on ? Lorsqu’on les cueille tôt le matin devant femmes et enfants comme des criminels ? Quel dialogue pense-t-on instaurer ?Au vu du traitement qui est réservé aux salariés d’Air France aujourd’hui, on comprend dès lors bien mieux, le refus du gouvernement de recevoir la CGT le 23 septembre dernier, alors que des salariés étaient convoqués pour faits de grève, le jour même, et que des dizaines de milliers travailleurs manifestaient sur tout le territoire, contre la remise en cause des locaux des bourses du travail, contre la répression, les sanctions et les discriminations, pour les libertés et le respect du droit syndical.

     

     

    Au regard de tous ces éléments, la Commission Exécutive Confédérale réunie ce jour à Limoges a décidé de ne pas participer à la prochaine conférence sociale qui s’est tenu hier le lundi 19 octobre.

     

    Mardi dernier Sébastien benoit Délégué CGT à STX en refusant de serrer la main de François Hollande dénonçant la duplicité de cette visite du chef de l’Etat alors même que des licenciements sont prévus dans l’entreprise a fait la une de tous les journaux.

     

     

     

     

    Après la manif du 8 octobre qui a sous les couleurs quasi exclusives de la CGT rassemblée plus de 100 000 personnes dans un contexte de mobilisation difficile, la colère des salariés d’Air France, l’aplomb de notre camarade de STX et la non participation de la CGT à la conférence sociale ont mis sur le devant de la scène médiatique la cgt et nos revendications. Ces étincelles doivent se multiplier pour allumer l’explosion de la colère sociale des salariés  aujourd’hui mué en résignation après plus de 3 ans de présidence hollande et de gouvernance socialiste.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :