• NÉGOCIATIONS ANNUELLES
    OBLIGATOIRES :
    REVENDICATIONS 2014

     


    Pour tous les salariés de l’APF


    • Le paiement des 3 jours de carence.
    Nous souhaitons qu’une étude comparative du taux d’absentéisme dans les
    structures APF entre l’Alsace Moselle et les structures relevant du régime générale
    nous soit communiquée, ainsi que le taux de remplacement des arrêts de moins de
    trois jours.


    • Dans le cadre de la mise en place d’une mutuelle rendue obligatoire au plus
    tard au premier janvier 2016 par la loi de sécurisation de l’emploi :
    Nous demandons la mise en place d’une commission paritaire composée de
    4 salariés par organisation syndicale représentative, chargée d’établir un
    cahier des charges concernant cette mutuelle et d’établir un appel d’offre.
    A cet effet nous demandons à l’APF de recenser l’ensemble des contrats de
    groupes facultatifs existant à l’APF ainsi que les tableaux de bords et bilans
    annuels des contrats.
    La commission aura également pour objet d’établir un projet qui ferait
    supporter aux salariés une participation proportionnelle aux salaires à
    garanties identiques.
    Cette commission aura des moyens en temps et les frais de déplacement de
    ses membres seront pris en charge.


    • Dans le cadre des formations professionnelles à l’initiative de l’employeur, si
    tout ou partie de cette formation a lieu sur le temps de travail, il fera l’objet
    d’une récupération ou d’une rémunération à 100%.


    • Paiement d’une prime de transport d’un montant équivalent à la moitié de la
    prise en charge d’un abonnement de transport collectif du trajet
    domicile/travail, pour tous les salariés dont l’horaire de travail ne permet pas
    l’utilisation des transports en communs ou ayant l’obligation d’utiliser leur
    véhicule personnel dans le cadre professionnel.


    • La mise en place d’une indemnité de 7/11 de points FEHAP (montant de la
    valorisation d’un repas à l’annexe IV de la CCN51) par journée entière
    travaillée pour les salariés ne bénéficiant pas des repas thérapeutiques alors
    que ces derniers n’ont pas la possibilité de rentrer chez eux.


    • Comme indiqué dans sa note de la DG du 22 octobre 2012, l’APF s’engage à
    ce que chaque comptable ait le choix d’intégrer un Centre Comptable
    Mutualisé ou de rester en poste sur sa structure.


    • Prime pour contrainte particulière de 50 points FEHAP pour tous les
    comptables en charge de plusieurs dossiers.


    • Mise en place au sein du conseil d’administration de l’APF d’un collège salarié
    de 6 membres avec voix délibératives.


    • Les différents calculs d’évolution du pouvoir d’achat d’une majorité de salariés
    sous convention 51, métallurgie et hors convention laissent apparaître une
    perte continue de pouvoir d’achat sur la dernière période décennale. (Cf.
    pièce jointe : exemple de l’évolution des salaires d’un S.E.S.S.D).
    En conséquence afin d’assurer un rattrapage lié a la perte de ce pouvoir
    d’achat, nous demandons une augmentation minimale générale des salaires
    de 5%.


    • Réduction d’une heure par jour de travail sans perte de salaire pour les
    salariés de 57 ans et plus dont le métier est défini comme soumis un risque de
    pénibilité dans le DUERP (Document Unique d’Evaluation des Risques
    Professionnels).


    • Suppression de la participation salariée au titre de la journée de solidarité.
    Pour les EA


    • Distribution COLLECTIVE et FORFAITAIRE de la prime sur les excédents à
    tous les salariés et non individuellement au mérite ou sur des objectifs de
    rendement. Prise en compte pour cette prime, l’excédent annuel consolidé
    des EA.


    • Suppression du coefficient 140 (embauche minimum au coefficient 145 de la
    grille de la métallurgie parisienne) passage automatique au coefficient 155
    après 12 mois
    • Suppression du terme « agent de production » dans le bulletin de paie et
    mettre la dénomination exacte ex : câbleur ; employé administratif…


    • Accès au statut de cadre aux comptables qui ont la charge totale de
    l’exécution budgétaire et qui assure l’ensemble des formalités liées à la paie
    etc…

    • Remplacement de l’évolution de carrière actuelle limitée à 15 ans par les
    dispositions ci-dessous :
    Prime d’ancienneté à terme échu à hauteur de 1% du salaire de base par
    année de service effectif dans la limite de 30% (= progression sur 30 ans)
    pour l’ensemble des personnels.


    Application d’un nouveau plafond porté à 37% sur 41 ans pour l’ensemble des
    personnels accordé par progression automatique comme suit :
    ⇒ +1% par an jusqu’à la 30ème année d’exercice incluse,
    ⇒ Taux de 30% pendant la 31ème année
    ⇒ +1% tous les 2 ans à compter de du premier jour de la 32ème année
    d’ancienneté jusqu’à la 37ème incluse
    ⇒ +1% par an à compter du premier jour de la 38ème année jusqu’à la 41ème
    année incluse


    • Calcul de l’ancienneté sur le salaire brut et non sur le minimal hiérarchique.


    • Introduction de la possibilité d’avancement à l’intérieur du Coefficient de 10%
    permettant aux salariés n’ayant pas la possibilité du fait de problématique liés
    à leur handicap qui ne peuvent avancer dans les coefficients de bénéficier
    d’une évolution salariale.


    • Mise en place d’un 13ème mois pour tous les salariés.


    • Revalorisation des grilles indiciaires pour les salariés des EA selon de 10% à
    2% selon la grille ci-jointe.


    Pour les délégations départementales


    • Application de la CCN51


    Pour le siège national


    • Application de la CCN51


    • Mise en place d’une grille de classification pour les salariés du siège.


    • Recensement des différents métiers


    • Constitution de fiches de poste afin de faire disparaître les disparités de
    salaires entre les salariés qui sont sur des fonctions identiques.
    Pour le secteur mouvement nous demandons une échelle des salaires plafonnée
    de 1 à 5. Nous demandons que l’économie réalisée sur ce plafond soit chiffrée et
    nous soit communiquée. Nous demandons que cette économie soit ensuite affectée
    à la réévaluation des salaires les plus bas et en partie aux finances de l’association.

    Pour les salariés des établissements sous CCN51.


    • Prime d’ancienneté
    Maintien de la prime d’ancienneté à terme échu à hauteur de 1% du salaire de
    base par années de services effectifs dans la limite de 30% (= progression sur 30
    ans) pour l’ensemble des personnels.
    Application d’un nouveau plafond porté à 37% sur 41 ans pour l’ensemble des
    personnels accordée par progression automatique comme suit :
    ⇒ +1% par an jusqu’à la 30ème année d’exercice incluse,
    ⇒ Taux de 30% pendant la 31ème année
    ⇒ +1% tous les 2 ans à compter de du premier jour de la 32ème année d’ancienneté
    jusqu’à la 37ème incluse
    ⇒ +1% par an à compter du premier jour de la 38ème année jusqu’à la 41ème année
    incluse


    • Reprise de l’ancienneté à l’embauche
    Maintien de la reprise à hauteur de 75% de l’expérience professionnelle antérieure
    dans des fonctions comparables ou identiques, voire 100% si réalisée sous CCN51
    ou dans la même entreprise pour tout les nouveaux salariés.


    • Récupération Jours Fériés
    Maintien de la récupération en repos ou en indemnité pour les salariés ayant
    travaillés un jour férié + versement de l’indemnité pour travail effectué le jour férié.
    Maintien de la récupération en repos ou en indemnité pour les salariés « en repos »
    une jour férié (repos hebdomadaire, 2nd repos, ou jour non travaillé au planning).
    Base durée/valeur la plus favorable entre la durée travaillée et 1/5 éme de la durée
    hebdomadaire moyenne de travail (ou si supérieure : la durée quotidienne habituelle
    de travail)


    • Pour les salariés dont l’indice CCN51 est inférieure au SMIC, maintien du
    complément de salaire SMIC intégral si ceux-ci demandent le paiement du
    jour férié. (Actuellement il y a substitution).


    • Heures supplémentaires

    Majoration de 100% pour les heures de nuit (de 22 heures à 6 heures) ainsi que les
    dimanche et jours fériés.
    Applicable aux salariés dont le coefficient de base conventionnel (majoré de
    l’ancienneté) est inférieur ou égal au coefficient 493. Si supérieur à 493, majoration
    imitée à celle dont bénéficient les salariés classés au coefficient 493
    Ne se cumule pas avec les indemnités prévues en cas de travail de nuit ou de travail
    les dimanches et les jours fériés.


    • Majoration spécifique
    Maintien de la majoration spécifique accordée à terme échu à hauteur de 1% du
    salaire de base par année de services effectifs dans la limite de 20% pour les
    personnels cadre.


    • Promotion
    Non cadre à cadre : maintien dans le nouveau métier du taux d’ancienneté atteint
    dans l’ancien métier, dans la limite du plafond de 30%.
    Non cadre à cadre : maintien dans le nouveau métier du taux d’ancienneté atteint
    dans l’ancien métier + majoration spécifique alignée sur le taux d’ancienneté
    maintenu, dans la limite du plafond de 20%.


    • Indemnité de licenciement
    1 mois de salaire par année d’ancienneté dans la limite de 18 mois pour tous les
    salariés


    • Indemnité de départ en retraite
    Le salaire servant de base au calcul de l’allocation de départ volontaire à la retraite
    est le salaire moyen brut le plus favorable entre les 3 et 12 derniers mois.


    • Congés trimestriels
    Montant compris entre 1 et 7 mois sur les bases suivantes :
    - de 10 à 15 ans d’ancienneté, 2 mois de salaire
    - de 15 à 19 ans d’ancienneté : 3 mois de salaire
    - de 19 à 22 ans d’ancienneté : 4 mois de salaire
    - de 22 à 25 ans d’ancienneté : 5 mois de salaire
    - de 25 à 29 ans d’ancienneté : 6 mois de salaire
    - plus de 29 ans d’ancienneté : 7 mois de salaire

    Possibilité pour les structures qui le souhaitent de passer à la prime décentralisée à
    3% avec attribution de CT.
    6 jours de CT pour tous.


    • Prime de nuit
    Revalorisation de la prime de nuit : majoration d’un point par heure travaillé la nuit
    (entre 21h et 6 heure travail de nuit définit par la CCN51


    • Rémunération des Jours fériés et des dimanches
    Majoration des heures travaillées les dimanches et jours fériés à hauteur de 100%.


    • Généralisation de la prime S.E.S.S.D de 15 points à tous établissements
    concernés par « l’intervention à domicile » ainsi qu’à tous les salariés de ces
    structures.


    Ces revendications en majorité ont déjà été portées par la CGT à l’occasion de la
    NAO 2013. Elles ont été refusées en bloc, sans que l’APF n’ai apporté de justification
    concrète à son refus. La CGT avait pourtant apporté des preuves de la faisabilité ou
    de l’impact financièrement nul de nombreuses revendications.
    Le seul argumentaire de l’APF fut que la situation financière de l’association ne
    permettait aucune de ces mesures.


    Comment expliquer qu’en décembre 2012, alors même que nous étions en pleine
    négociation NAO, une prime exceptionnelle était distribuée à certains salariés du
    siège en toute opacité et sans justification.
    Paris le 11 décembre 2013,
    Pour la CGT
    Mathieu PIOTRKOWSKI
    Délégué Syndical Central


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique